sErvice civIque
LIGUE DE L'ENSEIGNEMENT / COLLECTIF DES VOSGES

LE THILLOT : LE COLLÈGE JULES-FERRY PLONGE DANS LE DÉVELOPPEMENT DURABLE GRACE A DEUX VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE

publié le 04-07-2016

JL

A l’initiative de Thierry Jany, principal, le collège Jules-Ferry s’est lancé dans l’aventure du collège éco-responsable depuis la rentrée dernière. Ceci a pu se réaliser à l’aide de deux volontaires en service civique recrutés pour ce projet : Johanna Mangin et Alexis Lalevée. Comme l’explique Thierry Jany, « par le biais de cette démarche éco-responsable, le collège a pour objectif deux labels : éco-école et E3D (Etablissement en démarche de développement durable)».

Pour mener à bien ce projet lié au développement durable, le collège a notamment créé une mare, un hôtel à insectes et mis en place quelques animaux.

Une mare pédagogique

« Nous avons souhaité créer et aménager un vaste espace de biodiversité au centre de la cour de l’établissement en installant un hôtel à insectes construit entièrement par les élèves de section d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa). Pour compléter cet espace, une mare pédagogique, de plus de sept mètres de long pour 2,50 m de large et 1,60 de profondeur a été creusée à la main par des élèves faisant partie du club nature du foyer socio-éducatif. Ceci a représenté un mois de travail quotidien pour les participants. Cette mare s’est construite en partenariat avec l’agence de l’eau Rhin-Meuse qui a financé 80 % du projet. Elle dispose également d’une pompe filtrante fonctionnant à l’énergie solaire et quelques plantes aquatiques et poissons rouges. Par la suite des amphibiens comme des grenouilles sont prévus et prendront place dans cet ensemble. L’idée est de développer la biodiversité mais aussi de faire prendre conscience aux élèves de la difficulté d’entretenir des zones humides ».

Un jardin de plantes mellifères et des ruches entourent cette zone pour y apporter une biodiversité encore plus importante et plus variée. Des essaims seront d’ailleurs implantés bientôt, dans un espace confiné à l’écart de la cour. Il n’y aura alors aucun risque de piqûres.

Le collège a voulu également développer la faune au sein de l’établissement en y mettant un lapin nourri avec les épluchures de la cantine afin de réduire les déchets des repas, « pas de manière significative mais, c’est un moyen de sensibiliser les collégiens au gaspillage alimentaire ».

De plus un poulailler est en cours de construction ; il verra le jour après la rentrée de septembre. Voilà qui permet de rapprocher les collégiens des problèmes posés par les questions environnementales et également de créer des animations.