sErvice civIque
LIGUE DE L'ENSEIGNEMENT / COLLECTIF DES VOSGES

Economie de gaz : et que ça saute !

publié le 14-03-2017

5

Le projet Civigaz est lancé sur la communauté d’agglo de Saint-Dié. Objectif : faire faire des économies aux ménages et de la prévention en matière de sécurité. Le tout en insérant des jeunes en service civique.

« Vous chauffez à combien votre appartement ? Vous n’avez pas de problème pour payer vos factures ? » Dylan Korzeniowski et Jimmy Collin ont revêtu leur gilet bleu siglé GrDF. Les deux jeunes hommes ne sont pas agents de l’entreprise mais en service civique pour la mission Civigaz. En partenariat avec la Fondation agir contre l’exclusion (FACE), Vosgelis et GrDf donc, ils vont inspecter, avec six autres jeunes, 800 foyers sur le secteur de la communauté d’agglomération. Double but à cela : donner des conseils pour faire des économies d’énergie et renforcer la sécurité intérieure des installations. Les jeunes en service civique ne sont pas techniciens mais ils feront remonter tout problème.

Lille et Paris également

Dans l’appartement de Mme Fichter, quai du stade, Dylan et Jimmy inspectent les lieux, pendant une demi-heure : rappel des risques du monoxyde de carbone, entretien de la chaudière, etc. Ils ont suivi une formation de trois semaines en janvier pour être capables d’orienter, de guider et de répondre aux questions des habitants jusqu’au 31 juillet. Ils vont intervenir sur des logements sélectionnés avec la fondation agir contre l’exclusion et Vosgelis, dans des quartiers hors classement prioritaire. L’opération a lieu sur trois sites pilotes : Paris, Lille et Saint-Dié. Pourquoi Saint-Dié ? Trois raisons à cela : l’ancienneté du parc immobilier (peu propice aux économies d’énergie), la rigueur des hivers vosgiens et la précarité d’un certain nombre d’habitants. Il suffit pourtant de peu de chose pour diminuer la facture de près de 300 € par an.

En plus de leur mission de conseil et de prévention, les huit jeunes hommes et femmes recrutés en service civique pour l’occasion commencent là leur vie professionnelle avec un premier pas dans le monde du travail. « Nous ne les lâcherons pas dans la nature par la suite », précise David Babey, coordinateur pour FACE, qui a géré l’opération en Déodatie. Bilan fin juillet.