sErvice civIque
LIGUE DE L'ENSEIGNEMENT / COLLECTIF DES VOSGES

Le gouvernement étudie les moyens de faire grandir plus vite le service civique

publié le 09-03-2016

graphique d'évolution du service civique de 2010 à 2017

L’Elysée veut accélérer la montée en charge du service civique. Mais pas le rendre obligatoire.

Engagez-vous ! Dans son discours du 31 décembre, François Hollande a de nouveau plaidé pour le service civique, qui est « un facteur de brassage, d’intégration, d’insertion »«  Il a montré son utilité pour les jeunes et pour notre société. Je demande donc au gouvernement d’engager par étapes sa généralisation », a-t-il enchaîné, avant de préciser ses missions,« du soutien aux personnes les plus fragiles à la préservation de la planète ». Le président de la République en a remis une louche lors de ses vœux au gouvernement, lundi : «  C’est une réforme majeure pour la cohésion nationale, pour le brassage social, pour l’insertion, pour la compréhension de ce qu’est la nation, et, aussi, de ce que représente l’intérêt général », a-t-il énuméré. Au gouvernement de préciser « la forme, la durée, les missions, les étapes nécessaires et le financement » de ce chantier. Les arbitrages seront présentés le 11 janvier lors des vœux à la jeunesse.

Mais de quel chantier parle-t-on ? Selon une source au sein de l’exécutif, François Hollande ne souhaite pas rendre le service civique obligatoire. Même sous un format raccourci. Il existe déjà une journée citoyenne et de défense placée sous l’égide du ministère de la Défense. Tous les jeunes gens, hommes et femmes, doivent y participer avant leurs 25 ans.

Principale difficulté : trouver des missions

Quant à la « généralisation » du service civique actuel, facultatif et d’une durée de 6 mois à 1 an, elle est en bonne voie. En février 2015, François Hollande avait parlé de son « universalisation » (une formule impliquant une montée en charge ambitieuse tout en gardant le principe du volontariat) et fixé l’objectif de 150.000 jeunes bénéficiant d’une mission de service civique en 2017. Au sein du gouvernement, on affirme que l’objectif de 70.000 jeunes ayant été en mission en 2015 aurait été dépassé. De nouveaux crédits ont été votés afin de rémunérer les volontaires, car la paie de 573 euros par mois est en grande partie financée par l’Etat. Cette ligne budgétaire est donc passée de 134 millions en 2014 à 148,4 millions en 2015 et elle double cette année, à 301,6 millions. Mais les freins au développement du service civique ne sont pas financiers.

La principale difficulté consiste à trouver des missions pour les jeunes, car seule une demande sur quatre est pourvue. C’est pourquoi le ministre de la Jeunesse, Patrick Kanner, cherche à élargir la cible. Alors que huit volontariats sur dix se font en association, il veut mobiliser les collectivités territoriales. Il a aussi battu le rappel auprès de ses collègues : Marisol Touraine a trouvé des places à l’accueil des hôpitaux, Fleur Pellerin dans les salles de spectacle, Ségolène Royal dans les transports ou l’environnement. Eux aussi doivent s’engager.